Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MONNAIES ANTIQUES (3)

Attention aux fausses monnaies antiques ! (3)

Par Jacques MANDORLA

Auteur du livre « 60 trésors fabuleux à découvrir »

trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

 

 

 

 

 

 

 

 

Éditions Trajectoire - 272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 € - Livre disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

Bien faire la différence entre fausses monnaies et imitations

Si les fausses monnaies sont destinées à tromper le public et les collectionneurs, et sont donc, à ce titre, condamnables, il faut savoir que les imitations sont considérées comme des monnaies à part entière car elles s’inspirent de modèles prestigieux.

C’est le cas, par exemple, des statères gaulois en or ou en électrum qu’on trouve en Gaule au Ier siècle avant Jésus-Christ : presque tous ont imité le statère d'or de Philippe II de Macédoine (382-336 av. J.-C.), le père du célèbre Alexandre. Philippe II a fait frapper cette monnaie tout au long de son règne, c’est-à-dire entre 359 et 336 avant Jésus-Christ. À l’avers apparaît la tête laurée d’Apollon à droite et au revers un bige (chariot antique tiré par deux chevaux) avec la légende en grec “Philippou” (de Philippe). Sous les chevaux, on aperçoit le dessin d’un vase appelé « kantharos », récipient lié au culte de Dionysos, le dieu du vin. Ce symbole, que les numismates nomment « différent », indique que la monnaie a été frappée dans l’atelier de Pella, capitale de la Macédoine.

trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

Le statère macédonien, monnaie d’or créée par Philippe II, est devenu si célèbre qu’il fut ensuite imité dans de nombreux autres pays. Ce statère, d’un poids de 8,5 g pour un diamètre de 19 mm, cote 3 000 euros environ.

 

Les statères d'or de Philippe II de Macédoine ont ensuite été rapportés en Gaule par des mercenaires ayant combattu pour le roi grec. Les premières tribus à en avoir fait des imitations assez fidèles semblent être les Arvernes, vivant en Auvergne, ainsi que les Parisii, résidant à Lutèce.

Au fil des années et des imitations, on constate que les statères gaulois s’éloignent de plus en plus du modèle macédonien et que leur poids s’allège, passant de 8,5 g à 7,6 g.

Ainsi, sur les statères des Parisii, à l'avers la tête d'Apollon devient de plus en plus abstraite et présente une « volute » devant le visage. Quant au bige du revers, il se transforme progressivement en un seul cheval bondissant à gauche, très stylisé, avec des globules sous l’animal, formant un cercle dans lequel certains y voient la roue du char.

trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur  trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

Une imitation du statère d’or de Philippe II : le statère des Parisii, peuplade gauloise vivant à Lutèce et dans ses environs. Ce statère gaulois des Parisii, d’un poids de 7,4 g pour un diamètre de 24 mm, a été frappé vers 70 avant Jésus-Christ et cote entre 5 000 et 10 000 euros en qualité superbe !

 

Puis, la technique de l’imitation des monnaies va stagner pendant de nombreux siècles. Jusqu’à la Renaissance, époque au cours de laquelle il est alors de bon ton, parmi les rois et les princes, de constituer, au sein de sa bibliothèque, un « cabinet des antiques » comportant des monnaies grecques et romaines. Pour répondre à cette forte demande, de véritables artistes se lancent alors dans la création et la fabrication de ces pièces « à la manière de ».

Le plus célèbre d’entre eux est le graveur italien Giovanni Cavino, habitant Padoue : entre 1530 et 1570, il a réalisé de superbes imitations de sesterces et de médaillons romains, nommés « padouans » en hommage à sa ville natale. Il a même, sans aucune vergogne, « inventé » de nombreux sesterces, comme par exemple celui à l’effigie de Jules César et portant sa célèbre déclamation, faite devant le Sénat à Rome : « Veni, Vidi, Vici » (« Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu »). Or cette monnaie n’a jamais existé dans l’Empire romain ! Les padouans de Giovanni Cavino sont très recherchés des collectionneurs : le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France à Paris possède une rarissime collection de 122 coins monétaires différents créés par Cavino.

trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

Sesterce « padouan », à l’effigie de Jules César, créé vers 1550 par l’Italien Giovanni Cavino avec, au revers, la célèbre déclamation faite par le général romain devant le Sénat. Cette monnaie n’a jamais existé dans l’Empire romain !

 

Deux siècles et demi plus tard, l’Allemand Carl Becker a produit, entre 1800 et 1830, de très belles imitations de monnaies grecques, romaines, wisigothiques, mérovingiennes et carolingiennes. Professionnel de la vente d'authentiques monnaies antiques, Becker a fini par créer des imitations afin, a-t-il avoué sans gêne, « de fournir aux collectionneurs de bonnes et belles copies de monnaies intéressantes, car les originaux sont hors de prix » !

Pour que ses pièces se distinguent au premier coup d’œil et attirent l’attention des collectionneurs, Becker n’hésite pas à inventer des revers inédits, comme le faisait l’Italien Giovanni Cavino avant lui. Il parvient même à donner à ses monnaies une patine « à l’ancienne » en les plaçant dans un sac contenant de la graisse et de la limaille de fer, qu’il accroche sous son carrosse et promène dans ses déplacements ! Becker fut un créateur infatigable : au cours de sa carrière, il a en effet conçu 340 monnaies différentes et totalement originales !

trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur  trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

Denier d’argent, conçu vers 1820 par l’Allemand Carl Becker, à l’effigie de Néron et de sa mère Agrippine, que le dictateur romain n’hésitera pas à faire assassiner.

Dans le prochain article : « Attention aux faussaires sur Internet ! ».

Écrire un commentaire

Optionnel