Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DÉCOUVREURS DE TRÉSORS

  • MEL FISHER ET LE TRÉSOR DE L'ATOCHA (2)

    Poursuivant son rêve d'enfant, Mel Fisher a retrouvé l'épave de l'Atocha... et son fabuleux trésor ! (2e partie)

    Extrait du livre de Jacques Mandorla

    "60 trésors fabuleux à découvrir"

    (Éditons Trajectoire)

    272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 €

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    La découverte de l’épave

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Eugene Lyon a non seulement identifié la composition du trésor embarqué sur l’Atocha, mais il apporte aussi une précision géographique capitale en affirmant qu’il faut concentrer les recherches près des Marquesas Keys.

    Fisher n’hésite pas : il déplace son matériel et son équipe dans cette zone. Confiant, il répète tous les matins à qui veut l’entendre : « Today is the Day ! », qu’on pourrait traduire par « C’est aujourd'hui le grand jour ! ». Pourtant, les mois défilent et toujours rien : même ses plus fidèles supporteurs se mettent à douter.

    Puis, un jour de juin 1975 : Bingo ! Les plongeurs remontent une lourde chaîne en or, un splendide crucifix en or incrusté d’émeraudes, des lingots d'argent, des milliers de pièces d'argent et d'or, un astrolabe rarissime, des objets sacerdotaux et plusieurs lingots d'or.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Un drame terrible frappe Mel Fisher !

    Le 20 juillet 1975 au matin, Fisher n’aperçoit plus le Northwind, le bateau sur lequel vit Dirk, l’un de ses trois fils. Très vite, on se rend compte que l'embarcation a coulé pendant la nuit, emprisonnant trois personnes dans sa coque d'acier : Dirk, son épouse Angel et Rick Gage, un plongeur de l’équipe.

    Effondré, Fisher songe à tout arrêter, mais ses associés l’exhortent à continuer. Ce qu’il fait, presque à contrecoeur. Les recherches se poursuivent encore pendant plusieurs années, mais l’essentiel du trésor n’est toujours pas mis au jour.

    Il faudra attendre un jour de mai 1985. Kane, le second fils de Fisher remonte à la surface une impressionnante quantité d'émeraudes, dont l'une fait 77 carats : elle est évaluée par un expert à plus d'un million de dollars ! On a pu établir que toutes ces émeraudes proviennent des gisements de Muzo en Colombie, exploités par les Espagnols dès 1594.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Quelques-unes de 2 615 émeraudes, posées sur un tapis de chaînes en or !

    Quelques semaines plus tard survient la fabuleuse découverte du 20 juillet 1985 : ce jour-là, Kane et ses plongeurs mettent la main sur des lingots d'argent, des pièces de huit reales en or, des lingots d'or, d'autres émeraudes… Kane vient de tomber sur l’essentiel du trésor de l’Atocha, exactement 10 ans, jour pour jour, après le drame qui avait coûté la vie à son frère Dirk. Coïncidence ou signe du destin ?

    t

    Un plongeur de l’équipe de Mel Fisher vient de découvrir une énorme chaîne en or et trois broches du même métal !

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur   trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    À gauche, une monnaie de 2 escudos en or, frappée à Séville (Espagne), d’un poids de 6,7 g et d’un diamètre de 22 mm : elle cote 10 000 euros.

    À droite, une pièce de 8 reales en argent, frappée en 1618 à Potosi (Bolivie), d’un poids de 26,5 g et d’un diamètre de 36 mm : elle cote 1 200 euros.

    Le contenu détaillé du trésor

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Voici la liste de toutes les trouvailles remontées de l’épave de l’Atocha par Mel Fisher et son équipe :

    - 115 lingots et disques d’or (pour un poids de 100 kg) sur les 125 répertoriés sur le livre de connaissement,

    - 27 chaînes en or,

    - des milliers de pièces en or,

    - 2 615 émeraudes (d’un demi-carat à 77 carats),

    - 58 broches en or avec émeraudes,

    - 115 000 pièces d’argent,

    - 969 lingots d’argent sur les 1 038 répertoriés,

    - 305 lingots de cuivre sur les 582 enregistrés,

    - 606 objets précieux : coupes en or, chandeliers, plateaux, gobelets, cruches en argent, bijoux religieux (croix, pendentifs, médailles…)

    - 3 astrolabes (principal instrument de navigation au XVIe siècle, l’astrolabe permet de trouver sa route en prenant des mesures sur les étoiles et sera remplacé au XVIIIe siècle par le sextant).

    À noter que les plongeurs ont trouvé de nombreux objets précieux qui n’étaient pas indiqués sur le livre de connaissement… car il s’agissait de biens personnels emportés par de riches colons espagnols qui retournaient au pays, à bord de l’Atocha !

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Un disque d’or de 3 kg retrouvé dans l'épave de l’Atocha.

    Une partie du trésor est vendue aux enchères

    Afin de pouvoir payer tous les actionnaires de la société " Treasure Salvors " et donner sa part de 25% à l’État de Floride, Mel Fisher décide de vendre une petite partie du trésor aux enchères. Organisée les 14 et 15 juin 1988 par la Maison Christie’s de New York, la vente rapporte plusieurs dizaines de millions de dollars.

    L’une des vedettes de cette vente est une superbe croix en or massif, incrustée de neuf émeraudes en cabochons, vendue un million de dollars !

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Un astrolabe est vendu 132 000 dollars. Un énorme lingot d’or de 2 kg a trouvé preneur pour 54 000 dollars.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Après plus de vingt années de recherches, Fisher a donc été largement récompensé de sa patience et de sa ténacité. Son extraordinaire aventure a ensuite servi d’exemple à de nombreux chercheurs de trésors.

    C’est probablement en pensant à eux que Mel Fisher, avant de mourir en 1998, a déclaré : « Je pense que ma persévérance a fini par payer. Si je dois résumer ma recherche, je dirais que le point le plus important est de se trouver pile au bon endroit et de faire son travail sérieusement. Et si certains vous critiquent par jalousie, ça doit passer par une oreille et sortir par l’autre ! Il ne faut penser qu’à une seule chose : continuer à chercher. Et le jour où, comme moi, vous découvrez que le fond de la mer est recouvert de pièces d’or, vous n’oublierez plus jamais cette image ! ».

    Et les trouvailles continuent !

    Depuis la disparition de Mel Fisher, ses deux fils continuent de fouiller, sans relâche. Et le miracle se poursuit : ils trouvent l’épave du Santa Margarita, un autre galion de la flotte qui accompagnait l’Atocha et qui a sombré en même temps que lui. Et il ne se passe pas une seule semaine sans qu’un plongeur ne trouve de nouveaux lingots d’or ou de nouvelles pièces de monnaie.

    S’agit-il du reste des trésors de l’Atocha et du Santa Margarita ou bien des cargaisons précieuses des 6 autres vaisseaux qui accompagnaient ces deux navires ? Les fils Fisher gardent le secret.

    Une seule chose est certaine : l’estimation de la valeur des trouvailles à 300 millions de dollars, que Mel Fisher avait faite en 1964, est aujourd’hui nettement dépassée et réévaluée à 450 millions !

    FIN

  • MEL FISHER ET LE TRÉSOR DE L'ATOCHA (1)

    Poursuivant son rêve d'enfant, Mel Fisher a retrouvé l'épave de l'Atocha... et son fabuleux trésor ! (1ère partie)

    Extrait du livre de Jacques Mandorla

    "60 trésors fabuleux à découvrir"

    (Éditons Trajectoire)

    272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 €

    Disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    450 millions de dollars au fond de la mer : ce chiffre représente la valeur des objets de la fabuleuse épave du galion espagnol Nuestra Señora de Atocha, remontés à la surface par l’Américain Mel Fisher.

    Il fait vraiment très chaud ce 20 juillet 1985 à Key West, en Floride. Mel Fisher est tranquillement assis dans son bureau climatisé : il est 13h05. Soudain, le téléphone sonne. À l’autre bout du fil, son fils Kane s’écrie : « Papa, tu peux jeter les cartes marines à la poubelle : on a trouvé l’Atocha ! ». Pour Mel Fisher s’achève alors une très longue quête de plus de 20 années dans les eaux chaudes de Floride.

    Mel Fisher est né en 1922 dans l'Indiana. La Seconde Guerre mondiale interrompt ses études d'ingénieur-mécanicien à l’Université de Purdue. Pour pouvoir vivre, il crée alors, avec sa jeune épouse, un club de plongée. Au bout de quelques années, Fisher souhaite rompre la monotonie de ce travail. Le déclic survient le jour où il discute avec des plongeurs qui viennent de trouver des pièces d’or dans une épave, au large de Miami. Fisher, plongeur professionnel aguerri, est persuadé de pouvoir en faire autant. C’est pourquoi, en 1962, il fonde avec cinq amis plongeurs une société au nom évocateur : la « Treasure Salvors » (les Sauveteurs de Trésors). Hélas, les premières épaves qu’ils fouillent ne fournissent aucune trouvaille de valeur.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Mel Fisher (à gauche) et ses deux fils Kim (au centre) et Kane (à droite). En arrière-plan, deux « mail box », inventées par Fisher.

    Une invention géniale : la "mail box"

    Mais Fisher est quelqu’un d’obstiné et d’inventif : il cherche alors une idée originale qui permette de mieux explorer les fonds marins. Utilisant ses connaissances en mécanique, il met au point un appareil étonnant, qu’il surnomme « mail box » (car il ressemble à une boîte aux lettres américaine), qui va révolutionner les techniques de prospection sous-marines. Il s’agit d’un grand tube métallique coudé, renfermant une énorme hélice qui propulse l'eau de la surface vers le fond marin, afin de dégager la vase ou le sable : grâce à cet engin, les objets précieux apparaissent facilement à la vue des plongeurs.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Dessin expliquant le fonctionnement d’une « mail box ».

    Mon ami Michel Bagnaud, le spécialiste du trésor de l’île des Cocos, a raconté dans son livre « Profession : inventeur de trésors », comment cette « mail box » géniale donne très vite d’excellents résultats : « Les 24 et 25 mai 1964, Fisher met au jour près de 2 000 escudos d'or en parfait état. Un mois plus tard, il découvre des chaînes en or de plusieurs mètres de long et deux gros disques en or massif. Devant les journalistes médusés, il proclame alors qu'il a remonté pour un million et demi de dollars d’objets, mais qu'il compte en trouver beaucoup plus en se lançant à la recherche de l’épave la Nuestra Señora de Atocha, qui contient au moins 300 millions de dollars ! ».

    La loi fédérale très avantageuse de l'État de Floride

    Pour retrouver l’épave de l’Atocha, Fisher loue une concession maritime à l’État de Floride, en sélectionnant une zone très étendue au large de Key West. Il profite du fait que la loi fédérale de l’État de Floride est très avantageuse : elle laisse, en effet, 75% de la valeur des trouvailles aux inventeurs (découvreurs) alors que l’État de Floride se contente seulement des 25% restants.

    Dans les autres pays, la règle en usage est fondée sur un partage à 50/50. Sauf en France où, depuis 1989, l’État s’attribue l’entière propriété des trésors sous-marins gisant dans nos eaux territoriales ! Cette loi ayant eu le désastreux effet d’augmenter les pillages d’épaves, fouillées sans demande d’autorisation préalable, l’État français s’est engagé en 1996 à verser une prime à tout découvreur, prime pouvant aller jusqu’à 30 000 euros selon l’intérêt scientifique de la trouvaille. Prime considéré comme insuffisante par les chercheurs de trésors.

    Une plongée dans les archives

    Ayant obtenu sa concession auprès de l’État de Floride, Fisher se met à la recherche de l’Atocha. Les premiers mois sont décevants : il ne trouve absolument aucune trace du galion espagnol.

    Le destin vient alors au secours de Fisher : un jour, à Vero Beach, la ville de Floride où il réside, Fisher rencontre par hasard un certain Eugene Lyon, en train de s'affairer avec son détecteur de métaux sur la plage. Lyon est un brillant érudit : il sait lire l'espagnol ancien et se rend régulièrement aux Archives générales des Indes, situées à Séville en Espagne, afin d’y consulter des documents des conquistadors espagnols dans le but de rédiger la thèse de doctorat d'Histoire qu’il prépare. Fisher le charge alors d’aller trouver des informations sur le naufrage de l'Atocha, en lui précisant la date de la catastrophe : 6 septembre 1622.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Frappée par un ouragan, l'Atocha fait naufrage près de la Floride le 6 septembre 1622.

    La veille de cette date fatidique, 28 bateaux quittent le port de La Havane à Cuba, en direction de l’Espagne. Cette flotte emporte avec elle une fortune colossale : argent de Bolivie, or et émeraudes de Colombie, perles du Venezuela... Mais quelques bateaux ne parviendront jamais à destination : le matin du 6 septembre, un terrible ouragan frappe la flotte au moment où elle se dirige vers la Floride : 8 bateaux disparaissent entre les îles de Marquesas Keys et de Dry Tortugas, à l’ouest de Key West.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Eugene Lyon, l'archiviste qui a permis à Mel Fisher de localiser l'épave de l'Atocha.

    Pour essayer de retrouver l’endroit exact du naufrage, Eugène Lyon part à Séville et se plonge dans les archives pendant des semaines. Il finit par tomber sur un document exceptionnel : le manifeste de connaissement, c’est-à-dire la liste du chargement enregistré au moment où l’Atocha appareille de Carthagène, en Colombie, pour se rendre en Espagne.

    La lecture de ce document donne le vertige à Fisher ! Voyez plutôt : l’Atocha emporte officiellement 1 038 lingots d’argent d’un poids total de 24 tonnes, 180 000 pesos en pièces d’argent, 582 lingots de cuivre, 125 lingots et disques d’or, 350 balles d’indigo (une teinture rare et très appréciée à l’époque), 525 balles de tabac, 20 canons de bronze, 600 kilos d’objets en argent et des dizaines de milliers de pièces d’or !

    Un trésor phénoménal qui sera remonté à la surface quelques années plus tard !

    À SUIVRE