Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • CHASSES AUX TRÉSORS-3

    Mystérieux codes secrets

    et caches à trésors (3ème partie)

    Par Jacques MANDORLA

    Auteur du livre « 60 trésors fabuleux à découvrir »

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Éditions Trajectoire - 272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 €

    Livre disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie.

    Après avoir étudié, dans l'article précédent, l'énigme de la mystérieuse carte de l’île des Cocos, intéressons-nous au trésor de l'abbé Saunière et à l'étrange texte figurant sur une pierre tombale de Rennes-le-Château (1886). L’enjeu est de taille : si ce texte énigmatique était déchiffré, cela pourrait aboutir à la découverte d’un des plus fabuleux trésors de la planète !

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Rappelons qu’aucune recherche trésoraire, avec ou sans détecteur de métaux, ne peut être effectuée sur l’ensemble des sites évoqués dans cet article, sans l’autorisation préalable des propriétaires des lieux.

    L’étrange pierre tombale de Rennes-le-Château (1886)    

    Rennes-le-Château, village situé à une trentaine de kilomètres au sud de Carcassonne (Aude), ne compte aujourd’hui qu’une centaine d’habitants, alors qu’au VIe siècle il fut l’une des deux importantes capitales des Wisigoths avec Tolède. Puis, le village tomba dans l’oubli jusqu’en 1886, lorsque l’abbé de la paroisse, un certain Bérenger Saunière, devient subitement très riche. Une rumeur se met alors à courir : il aurait découvert un fabuleux trésor !

    Cette affaire est celle qui a déchaîné le plus de passions, non seulement en France, mais aussi à l’étranger : en effet, des centaines de livres, ainsi que des milliers d’articles, lui ont été consacrés.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    En 1886, Bérenger Saunière, l’abbé de Rennes-le-Château, aurait découvert un trésor considérable dans son église, ce qui lui permit de mener grand train jusqu’à sa mort en 1917 !

    À partir de cette date, et jusqu’à sa mort en 1917, l’abbé Saunière mène alors grand train : il fait exécuter d’importants travaux de restauration de l’église, part souvent en voyage, achète de vastes terrains sur lesquels il fait construire des édifices comme la tour Magdala, la villa Béthanie… On ignore toujours ce que l’abbé a réellement trouvé car il emporta, malheureusement, son secret dans la tombe.

    L’hypothèse la plus souvent avancée est que Saunière aurait découvert, au pied du maître-autel de l’église, une dalle appelée depuis « dalle des chevaliers », qui remonterait à l’époque carolingienne, donc au VIIIe siècle après Jésus-Christ. Sous cette dalle, il aurait alors trouvé, selon le témoignage d’un des enfants de chœur, « une marmite en grès, pleine d’objets brillants » ! Antoine Beaux, abbé de Campagne-sur-Aude, apostropha un jour Saunière en lui disant : « Mon cher, à vous voir mener si grand train, on croirait que vous avez trouvé un trésor ! ». Saunière lui rétorqua alors, de façon énigmatique : « Ils me l’ont donné, je l’ai pris et je le tiens bien ».

    Existence d'un second trésor ?

    En 1968 la piste d’un autre trésor, que l’abbé Saunière aurait trouvé, est relancée par la parution de l’ouvrage L'Or de Rennes signé Gérard de Sède, qui sera ensuite publié en livre de poche sous le titre Le trésor maudit de Rennes-le-Château. L’auteur révèle que l’abbé Saunière aurait trouvé deux parchemins dans un pilier creux de son église et en publie même les textes (voir plus loin dans cet article) !

    La presse française s’empare alors de l’affaire et publie des articles aux titres très accrocheurs, comme celui de La Dépêche du Midi : « La fabuleuse découverte du curé aux milliards » !

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Certains chercheurs finissent par trouver, dans les archives, un fait étrange qui s’est déroulé une nuit du mois de septembre 1891, nuit au cours de laquelle Saunière est surpris en train de fouiller le cimetière du village avec l’aide de sa servante Marie Denarnaud. Tous deux s’affairent autour de la tombe de Marie de Nègre d’Ables, enterrée là en 1781. Elle a été l’épouse d’un des plus riches aristocrates de la région : François d’Hautpoul, marquis de Blanchefort. Le lendemain, la surprise se mue en stupeur lorsque des villageois aperçoivent l’abbé transporter, dans une brouette, la pierre tombale puis la déposer dans le jardin de sa propriété ! Les jours suivants, Saunière est alors aperçu en train de polir, pour les effacer, les textes gravés sur la pierre !

    C’en est trop : de nombreux habitants, excédés par ce comportement sacrilège, décident d’aller déposer plainte en Préfecture ! Par chance, les textes de la pierre tombale avaient été intégralement relevés, des années auparavant, par un certain Eugène Stublein. Ils ont ensuite été publiés quinze ans plus tard, en 1906, dans une revue à très petit tirage, intitulée Le Bulletin de la société des études scientifiques de l’Aude.

    Une rumeur persistante se met alors à parcourir Rennes-le-Château : Saunière serait persuadé que le texte de la pierre tombale cacherait un message secret qui, décrypté, permettrait de découvrir un fantastique trésor ! Autant dire que, depuis la révélation de cette information, de nombreux spécialistes en cryptographie ont passé de longues nuits blanches à essayer de déchiffrer le sens de ce texte. Sans succès jusqu'à aujourd'hui.

    Qu’aurait donc décrypté l’abbé ?

    Pour le savoir, étudions avec précision les inscriptions figurant sur chacune des deux pierres.

    Sur la stèle (c’est-à-dire sur la dalle verticale de la tombe), on lit : « CT GIT NOBLe MARIE DE NEGRe DARLES DAME DHAUPOUL De BLANCHEFORT AGEE DE SOIXANTE SET ANS DECEDEE LE XVII JANVIER MDCOLXXXI REQUIES CATIN PACE ».

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    A priori, rien d’étrange dans ce texte, si ce n’est d’anormales coupes dans certains mots : Marie, soixante, sept (écrit « set ») et « requies catin pace » (le terme « catin », prostituée, pouvant paraître absolument irrévérencieux) au lieu de « requiescat in pace » qui signifie « repose en paix ». Pour certains chercheurs, c’est dans ces « anomalies » que se cacherait un code secret.

    Sur la pierre tombale (c’est-à-dire sur la dalle horizontale) ne figurent que huit inscriptions. De nombreux spécialistes en cryptographie ont passé de longues nuits blanches dans le but d'essayer de décrypter le sens de ces écritures.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Concentrons-nous d’abord sur les six inscriptions écrites horizontalement : PS, REDIS, REGIS, CELLIS, ARCHIS, PRAE-CUM. Parmi les centaines d’interprétations qui ont été proposées, nous avons retenu les deux qui nous paraissent les moins fantaisistes.

    La première interprétation donne les clés de décryptage suivantes, en étudiant les mots dans l’ordre dans lequel ils ont été écrits : PS = Pecunia Sua = son argent (trésor), REDIS = à Rennes, REGIS = le roi, CELLIS = dans les caves, ARCHIS = citadelle, PRAE-CUM = ceux qui proclament. Ce message codé signifierait donc : « À Rennes, (un trésor) caché dans les caves de la citadelle du roi appartient à ceux qui proclament ». Reste à identifier qui se cache derrière l’expression « Ceux qui proclament ».

    La seconde interprétation propose de lire les six mots dans l’ordre suivant : REDIS, CELLIS, REGIS, PRAE-CUM, PS ARCHIS, avec REDIS = à Rennes, CELLIS = caché, REGIS = roi, PRAE-CUM = près de, PS = Pierre sacrée, ARCHIS = Arques. Le message global se traduirait alors par : « À Rennes, (trésor) du roi caché à côté de la pierre sacrée d’Arques ».

    Coïncidence étrange ou solution de l’énigme ? À une quinzaine de kilomètres de Rennes-le-Château, il existe un village appelé Arques, près duquel se dresse un menhir, au lieu-dit Peyrolles. Haute de 2,50 mètres, cette pierre est par ailleurs le siège d’un étrange phénomène : la terre sonne creux au pied du menhir, indiquant la présence d’une cavité, qui pourrait être une grotte naturelle ou bien une caverne creusée par la main de l'homme mais qui semble, jusqu’à présent, n’avoir jamais fait l’objet de fouilles.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    À noter qu’en 2010 deux chercheurs, Jean-Marc Couchet et Ernest Valero, ont publié un livre intitulé L’énigme résolue : des bergers d’Arcadie au mystère de Rennes-le-Château (éditions Trajectoire), dans lequel ils déclaraient avoir localisé le trésor de l’abbé Saunière dans une grotte du mont Cardou. À ce jour, aucune annonce de la découverte du trésor n’a cependant été faite.

    Attention aux faux messages codés !

    Tous les cryptogrammes, hélas, ne conduisent pas à un trésor. Certains messages ont, en effet, été créés par des mystificateurs ! Revenons en 1968 quand Gérard de Sède révèle que l’abbé Saunière aurait trouvé deux parchemins dans un pilier creux de son église et en révèle même les textes !

    Le premier parchemin est assez court puisqu’il ne comporte que 14 lignes citant un extrait de l’évangile selon Saint Luc. Le second parchemin est un peu plus long (20 lignes) et est tiré de l’évangile selon Saint Jean.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Les textes des deux parchemins sont alors étudiés dans le détail par de nombreux passionnés du mystère de Rennes-le-Château. La plupart, persuadés que ces messages sont trop simplistes et ont donc été codés, cherchent par tous les moyens à trouver la clé de décryptage qui pourrait donner - enfin ! - la solution de l’énigme du second trésor de l’abbé Saunière. On ne compte plus les spécialistes en cryptographie ayant passé des nuits blanches à essayer de découvrir le message caché dans ces textes.

    Hélas, tous les espoirs des passionnés du mystère de Rennes-le-Château s’écroulent en 1979 quand le journaliste Jean-Luc Chaumeil révèle, dans son livre Le trésor du triangle d’or, que ces textes sont en réalité des faux ! Il va même plus loin en n’hésitant pas à désigner les coupables : Philippe de Cherisey, authentique aristocrate possédant le titre de marquis et Pierre Plantard, roturier en mal de particule qui se fait appeler Pierre Plantard de Saint-Clair.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Les deux mystificateurs, Pierre Plantard (à gauche) et Philippe de Cherisey, créateurs des faux parchemins de l’abbé Saunière et de l’affaire du Prieuré de Sion, ont été démasqués par le journaliste Jean-Luc Chaumeil.

    Philippe de Cherisey finit par avouer sa supercherie au journaliste : « Ces parchemins des évangiles ont été fabriqués par moi : j’ai recopié le texte antique des ces évangiles écrit en onciale (lettres romaines majuscules) à la Bibliothèque Nationale dans l’ouvrage de Dom Cabrol intitulé « L’archéologie chrétienne ». Puis, pour parvenir à mon codage, j’ai utilisé le texte de la pierre tombale de Marie d’Hautpoul et le saut du cavalier du jeu d’échecs (deux cases en avant, puis une case sur le côté) ».

    Parallèlement, son complice Pierre Plantard essaye d’échafauder un scénario historique improbable : il déclare, à qui veut l’entendre, être le descendant des rois mérovingiens et appartenir à une mystérieuse organisation, le Prieuré de Sion, censée avoir été créée en 1150 ! Elle serait gardienne du secret du mariage de Jésus-Christ avec Marie-Madeleine, de la naissance de leur enfant et de la descendance de ce dernier, qui se serait prolongée jusqu’au roi mérovingien Dagobert II. En réalité, Pierre Plantard a inventé toute cette histoire : on finit par retrouver les statuts de l’association du Prieuré de Sion, dont il est le trésorier et qu’il a déposés le 7 mai 1956, à la sous-préfecture de Saint-Julien-en-Genevois, en Haute-Savoie.

    Ces mystifications ont inspiré deux best-sellers !

    Malgré l’aveu des deux mystificateurs, leurs mensonges sont repris par plusieurs écrivains anglo-saxons dont les livres se sont vendus à des millions d’exemplaires ! C’est le cas du trio anglais Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln, auteurs en 1982 de l’ouvrage The Holy Blood and the Holy Grail, paru en France en 1983 sous le titre L'Énigme Sacrée.

    Vingt ans plus tard, ce sera au tour de l’Américain Dan Brown de reprendre l’idée, de façon plus romancée, pour son best-seller mondial Da Vinci Code. Signalons que les trois auteurs de L'Énigme Sacrée, indignés par la sortie de ce livre qu’ils estiment n’être qu’un vulgaire plagiat du leur, n’hésitent pas à attaquer Dan Brown en justice en mars 2006. Ils sont déboutés.

    trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur  trésor,livre,mandorla,détection,chasse,découverte,épave,or,météotite,inventeur

    Après avoir étudié, dans cet article, l'énigme du trésor de Rennes-le-Château, nous nous intéresserons dans le prochain article à une autre énigme cryptographique : celle des étonnantes pierres gravées de l’abbaye de Saint-Wandrille (Seine-Maritime), ayant conduit à la découverte d'un fabuleux trésor en 1954.

    À SUIVRE