Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MÉTÉORITES (1)

Les météorites (partie 1/6)

Par Jacques MANDORLA

Auteur du livre « 60 trésors fabuleux à découvrir »

météorites,chute,prix,L'Aigle,Toungouska,cratère,météore,bolide

Éditions Trajectoire - 272 pages - 356 illustrations en couleurs - 25 € - Livre disponible sur www.amazon.fr, www.fnac.fr et en librairie

Des milliers de météorites enfouies dans le sol à L’Aigle (Orne) !

Compte tenu des prix très élevés auxquels les météorites se vendent aujourd’hui, certains détectoristes se sont uniquement spécialisés dans leur recherche. Rien qu’en France, on dénombre plus de 70 sites de chutes à prospecter, dont l’un des plus intéressants est certainement celui de L’Aigle, dans le département de l’Orne.

météorites,chute,prix,L'Aigle,Toungouska,cratère,météore,bolide

Les météores pénètrent dans l'atmosphère à une vitesse variant entre 10 000 et 290 000 km/h. S’ils percutent le sol terrestre (après avoir explosé en vol ou en créant directement un cratère), ils prennent alors le nom de météorites.

La date du 6 floréal an XI (26 avril 1803) est historique pour tous les scientifiques du monde entier : ce jour-là vers 13 heures, des pierres tombent du ciel aux environs de L’Aigle, dans le département de l’Orne, provoquant une véritable panique.

Jusqu’à cette date, personne n’était parvenu à expliquer ce phénomène très mystérieux : depuis toujours, en effet, on pense que des pierres ne peuvent pas tomber sur Terre… puisqu’on n’en voit pas dans le ciel !

Le passage dans le ciel de ces boules de feu avait fait écrire au Français Antoine Furetière, dans son Dictionnaire universel paru en 1690 : « On a vu des météores en forme de clochers ardents, de lances flamboyantes, de javelots brûlants, de traits de feu volants, de chevrons de feu, d’étoiles volantes... Les Grecs les ont nommés météores car cela signifie qu’ils sont hauts dans les airs ». Et si des météores explosaient sous forme de météorites, ces dernières étaient à l’époque nommées « pierre de tonnerre » ou « pierre de foudre » parce qu’on pensait qu’au cours d’un orage les éclairs perçaient les nuages et en vitrifiaient des morceaux qui tombaient ensuite au sol sous forme de pierres !

Il faudra attendre 1794, neuf ans avant la chute de météorites de L’Aigle, pour que le physicien allemand Ernst Chladni émette l'idée que les météorites sont originaires du système solaire et sont attirées par notre champ de gravitation terrestre. Malheureusement il n’apportait aucune preuve scientifique à sa théorie.

Cette origine extraterrestre sera finalement établie le 18 juillet 1803 par le physicien, astronome et mathématicien français Jean-Baptiste Biot (1774-1862).

météorites,chute,prix,L'Aigle,Toungouska,cratère,météore,bolide

Jean-Baptiste Biot

Biot mène une véritable enquête policière

Mandaté par l’Académie des sciences à la demande du ministre de l’Intérieur de l’époque, Biot se rend à L’Aigle, ville située à cinquante kilomètres d’Alençon. Il visite une vingtaine de hameaux près du point d’impact et rencontre des dizaines de témoins directs de la chute de la météorite dont il rapporte à Paris de nombreux morceaux pesant 37 kg au total.

Cette véritable enquête policière est consignée dans un rapport qui fait aujourd’hui référence. Intitulé Relation d’un voyage fait dans le département de l’Orne pour constater la réalité d’un météore observé à L’Aigle le 6 floréal an XI, ce document démontre, en effet, que les météorites viennent de l’espace !

Voici les passages les plus pertinents du rapport de Biot.

« Le mardi 6 floréal an XI a paru un globe lumineux animé d’un mouvement rapide et qui a éclaté dans l’air. Quelques instants après, on entendit à l'Aigle et autour de cette ville, une explosion violente qui dura cinq ou six minutes. Cette explosion a été entendue à plus de 30 lieues (120 km) à la ronde. Ce furent d'abord trois ou quatre coups semblables à des coups de canon, suivis d'une espèce de décharge qui ressemblait à une fusillade, après quoi on entendit un bruit ressemblant à un épouvantable roulement de tambour. L'air était tranquille et le ciel serein, à l'exception de quelques nuages, comme on en voit fréquemment. Le météore marchait du sud-est au nord-ouest, par une déclinaison d'environ 22°, direction actuelle du méridien magnétique à L’Aigle. La plus grosse de toutes les pierres trouvées pesait 8,5 kg au moment où elle tomba et la plus petite, que j'aie vue et que j'ai rapportée avec moi, ne pèse que 7 ou 8 grammes. Le nombre de toutes celles qui sont tombées peut être évalué à 2 000 ou 3 000. Les échantillons de pierres météoriques sont déposés au Muséum d’histoire naturelle à Paris. Le citoyen Thénard a bien voulu en analyser quelques-uns et il a trouvé : silice 43%, fer oxydé 42%, magnésie 9%, nickel 2% et soufre 4%. Je m’estimerai heureux que des physiciens trouvent que j’ai réussi à mettre hors de doute un des plus étonnants phénomènes que les hommes aient jamais observés ».

Où rechercher les météorites tombées près de L’Aigle ?

À l’issue de son enquête, Biot fut le premier à tracer une carte de répartition des morceaux de météorites tombés au sol : celle-ci prend la forme d’une ellipse qui fait 10 km de long sur 4 de large, soit 40 km2.

C’est dans cette zone précise qu’il faut donc rechercher (avec ou sans détecteur de métaux, et avec l'accord des propriétaires des lieux) les précieux fragments de météorites encore présents dans le sol. Comme Biot a estimé que 2 000 à 3 000 morceaux y sont tombés et qu’il n’en a rapporté à Paris que quelques dizaines, il reste une énorme récolte à faire au nord-ouest de L’Aigle !

météorites,chute,prix,L'Aigle,Toungouska,cratère,météore,bolide

Suite à ses observations sur le terrain, Jean-Baptiste Biot a tracé (en pointillés) l’ellipse de chute au sol des morceaux de la météorite de L'Aigle. La flèche rouge indique la trajectoire que suivait le bolide avant d’exploser en vol.

Prochain article (partie 2) : « Les plus célèbres météorites du monde ».

Écrire un commentaire

Optionnel